Français

Les missions de “Sea-Eye”

Le projet humanité

En automne 2015, un petit groupe autour de Michael Buschheuer, un entrepreneur qui habite à Ratisbonne, a décidé de ne plus ignorer la mort des réfugiés dans la Méditerranée. C’était la naissance de l’association à but non-lucratif Sea-Eye.

Aujourd’hui, cette initiative dispose de deux bateaux. En avril 2016, on a commencé les opérations de surveillance et de sauvetage au large de la côte libyenne avec le but de sauver des personnes en détresse de la noyade et de chercher de l’aide.

Pendant les premiers cinq mois, les équipages du Sea-Eye ont réussi à sauver presque 4000 personnes !

Environ 400 personnes de toute l’Allemagne et d’autres pays européens ont joint l’initiative depuis sa naissance pour soutenir le projet Sea-Eye en s’engageant bénévolement.

Au large de la côte libyenne, le Sea-Eye cherche des bateaux surchargés et inaptes à naviguer qui risquent de chavirer. Quand le Sea-Eye s’approche d’un bateau, les passagers reçoivent immédiatement des gilets de sauvetage et de l’eau potable. Après, les bateaux sont déchargés à l’aide de radeaux de sauvetage. Les personnes grièvement blessées sont soignées dans une infirmerie à bord du Sea-Eye. Pendant l’opération de sauvetage, on émet un appel de secours au centre d’appels d’urgence à Rome. Selon le droit maritime international, tous les bateaux à proximité sont obligés de venir en aide et d’accueillir des naufragés.

Même si tous les bénévoles nous soutiennent sans rémunération, on dépend de dons en nature et de dons d’argent. Cette année, le projet aura besoin de 250.000 euros pour payer pour le carburant, les vols, le logement, l’alimentation, le matériel de sauvetage, les dispositifs médicaux, l’électronique etc.

Les bateaux

Le Sea-Eye est un ancien bateau de pêche d’une longueur de 26 mètres. L’ancien nom de ce cotre originaire de Sassnitz (Rügen) était « Sternhai » (fr. réquin d’étoiles). Ce bateau apte à la navigation hauturière a été restauré et adapté à son nouvel objectif du sauvetage en mer avant de naviguer au large de la côte africaine, la zone où passent la plupart des réfugiés lors de leur « voyage » mortel. Ayant été construit il y a 60 ans, ce bateau a navigué dans tous les océans, mais surtout dans la mer du Nord et dans la mer Baltique, jusqu’à 2014. Il navigue un équipage de neuf personnes maximum.

Le Seefuchs est un navire-jumeau du Sea-Eye et donc de construction identique. Le bateau est aussi un ancien bateau de pêche qui à l’origine s’appelait « Heringshai » (fr. réquin taupe). Contrairement au Sea-Eye, le Seefuchs a été utilisé comme navire de recherche océanographique et comme bateau traditionnel à partir du début des années 90. Les propriétaires privés l’ont régulièrement restauré et modernisé.

En mars 2017, Sea-Eye e.V. a acheté le Seefuchs. Il est prévu qu’il commence ses opérations de sauvetage en mai 2017.

Speedy: Le nouveau bateau est un Ribtec 1200 Cabin RIB, un RIB d’une longueur de 11,50 mètres et d’une largeur de 3,20 mètres. Il a deux moteurs diesel d’une puissance totale de 600 ch et atteint une vitesse de 45 nœuds (83 km/h) maximum. Il y a une capacité pour un équipage de quatre personnes ; les deux places pour dormir doivent être utilisées à tour de rôle. L’équipement nautique est à jour et le bateau en général est dans un état impeccable. Comme la place sous le pont est très limitée, on ne transporte du matériau de sauvetage que pour une ou deux opérations de sauvetage.

Vendredi le 9 septembre 2016, le service de surveillance côtière libyen a jeté le grappin sur Speedy. Depuis, il se trouve dans un lieu inconnu. Entre-temps, l’équipage a été libéré, mais il nous faut encore récupérer le bateau.

Vous pouvez faire un don ici

logo_betterplace